Sanary-Sur-Mer

Vous êtes dans : Accueil > Vivre la ville > Zoom sur ... l'Actu > Mieux vivre à Sanary > Les archives > Mieux vivre n°190 - Février 2015

Mieux vivre n°190 - Février 2015

Mieux vivre à Sanary N° 190 :

Une marée humaine à Sanary comme partout en France.
Était-ce un acte solidaire ou une réaction à la barbarie qui nous a fait découvrir une capacité à nous retrouver ensemble spontanément, à être un peuple solidaire ?
Réaction du refus de la violence, de l’inadmissible.
Réaction de peur aussi, une façon de dire à nos dirigeants qu’il fallait réagir, que nous manifestions notre solidarité avec eux pour gérer au mieux ces moments dramatiques.
Réaction pour exorciser et conjurer ce que nous avions en nous, une communion dans des actes symboliques forts.
Le besoin de faire quelque chose pour être aussi partie prenante dans la défense de notre pays.
Réaction pour dire que nous n’acceptions pas que l’on dicte une autre loi que la nôtre.
Une manière de vouloir confirmer le respect de l’État de droit.
Un droit qui réfute une loi étrangère à nos mœurs, une loi barbare.
Sursaut d’un peuple qui ne peut accepter que l’on tue la liberté de la presse même avec ses excès, que l’on achève un policier comme chien, que l’on répande la mort sur des êtres au motif qu’ils sont juifs, qu’on exécute des journalistes parce qu’ils déplaisent.
Nos libertés reposent sur notre seul droit même imparfait.
J’ai souvent dit qu’une mère mettait un enfant au monde pour qu’il ait du bonheur, qu’il donne de l’amour.
Je croyais que toutes les mères du monde portaient en elles suffisamment d’amour pour l’offrir à un avenir, une espérance faite de plus de fraternité.
Je me suis trompé.
Il y a quelques jours, des barbares, doublés d’une incommensurable lâcheté, ont envoyé une petite fille de 10 ans, chargée d’explosifs se faire exploser sur un marché au Nigéria.
L’humanité trouve là sûrement les fonds abyssaux de l’horreur.
Face à tout cela, quand nous voyons les actes de destruction massive d’hommes, de femmes et d’enfants au motif qu’ils sont chrétiens, nous avons le sentiment que l’humanité toute entière n’a pas tiré tous les enseignements des horreurs passées.
Qui saura, qui pourra interrompre ce délire macabre !
Ce qui est certain, c’est qu’il faudra que nous soyons courageux comme le peuple de France l’a été dans la douleur partagée avec les proches des victimes, courageux par défi aux terroristes qui auraient pu au moment de ces rassemblements faire parler leurs armes mortifères.
À ceux qui cherchent des solutions à l’intégration, je vous propose de regarder ce qu’ont fait nos religieux ; prêtres, espagnol et chilien, pasteure hollandaise, soeurs carmélites polonaises.
Dans l’épreuve que traversait notre pays, ils auraient pu ne pas vivre les événements avec la même intensité que nous, mais, nous les avons vus à nos côtés, communiant à nos peurs, à notre tristesse, à nos refus de la violence.
Le dimanche, le Père José a célébré une messe à l’attention des victimes et de tous leurs proches, à l’attention de la France aussi. J’étais présent avec mes collègues élus, avec les paroissiens et non paroissiens très nombreux.
J’ai entendu de belles paroles de paix d’amour et de fraternité.
Je leur ai dit : “La France ne vous pas donné la nationalité française, mais vous, vous donnez votre cœur à la France.
Vous tracez la vraie voie de l’intégration en aimant le pays, les hommes et les femmes qui vous accueillent.”
Dans ce numéro de notre revue municipale, au-delà de toute croyance, j’ai souhaité publier l’homélie du Père Rodrigo, disons-le avec une grande humilité, faite d’une belle intelligence et remplie d’une réelle émotion.
Une façon de donner la parole à un homme qui consacre sa vie à Dieu pour qu’il réponde à des fous de dieu.
Un moyen pour nous aussi de trouver de la force pour faire comprendre qu’on ne peut tuer en se revendiquant d’une volonté divine. 

Ferdinand Bernhard
Maire de Sanary-sur-Mer
Président de la Communauté d'Agglomération Sud Sainte Baume
Conseiller Général du Var

En téléchargement                            

 

 

 

 

Coordonnées

Sanary-Sur-Mer
Place de la république CS 70001
83112 Sanary-sur-mer - Cedex - France

Tél : (+33) 4 94 32 97 00
Fax : (+33) 4 94 88 12 04

Télécharger la carte de visite (.vcf)