Sanary-Sur-Mer

Vous êtes dans : Accueil > Vivre la ville > Zoom sur ... l'Actu > Mieux vivre à Sanary > Les archives > Mieux Vivre n°211 - Novembre 2016

Mieux Vivre n°211 - Novembre 2016

Mieux vivre à Sanary N° 211 :

Le 25 octobre 2016 à Sanary,

La commune de Sanary n’est pas très ancienne ; elle fut créée en 1688 par la séparation d’Ollioules de son actuel territoire.
Mais, depuis un peu plus de trois siècles, les consuls puis les maires se sont efforcés de mettre en oeuvre ce qui était nécessaire pour le bien de ses habitants.
Depuis 328 ans, chaque jour, ils se sont donnés pour mission de répondre aux besoins, aux attentes et quelquefois aux exigences de la population sanaryenne.
Des décennies d’efforts à trouver des solutions aux problèmes, à régler des difficultés, à construire et aussi à reconstruire.
Et pourtant, ils ne sont jamais arrivés à pouvoir dire : tout est fait ! Et j’ajouterai jamais, aucun élu ne pourra le dire sauf à vouloir commettre le pêché d’orgueil.
Depuis 27 ans, j’essaie avec mes collègues, avec l’aide de tous les collaborateurs d’améliorer tout ce qui peut l’être.
Depuis plus d’un quart de siècle, nous nous remettons en question sur tous les sujets qui touchent à la vie de la cité.
La remise en question passe par trois interrogations :
1/ Ce que nous faisons, pourquoi le faisons-nous ?
Si nous ne donnons pas du sens à notre action, à notre comportement, cela conduit à faire pour faire, c’est le propre de l’électoralisme stupide qui consomme de l’argent public de la façon la plus médiocre qui soit.
2/ Ce que nous faisons, faut-il continuer à le faire ?
Les temps changent, les habitudes et les attentes des administrés aussi, tout comme les moyens dont nous disposons.
Cette remise en question est importante, elle doit nous éviter de poursuivre des actions dépassées, ou trop coûteuses ou quelquefois devenues inutiles.
3/ Ce que nous faisons, devons-nous continuer à le faire de la même façon ou doit-on réorienter notre démarche pour être plus pertinents, plus efficaces, plus économes ?
Ma vie publique est hantée par cette remise en question permanente et si indispensable que j’essaie de faire en sorte qu’elle soit contagieuse pour tous mes colistiers.
Malgré toutes mes actions et les réalisations portées par une volonté sans faille, par un travail quotidien et le souci du beau et du détail, je vois, chaque jour, des multitudes de défauts, de défaillances, d’insuffisances à combler.
Cette volonté de tendre vers toujours le mieux, le meilleur, je la partage avec beaucoup de mes colistiers et collaborateurs.
Dans un pays où tout est compliqué et se complexifie un peu plus chaque jour, j’entends de petits groupes de personnes qui nous expliquent « qu’il n’y a qu’à, qu’il faut qu’on », alors qu’elles ignorent tout des règles administratives, juridiques et financières qui régissent la vie publique française.
Cela peut paraître le jeu normal de la démocratie qu’une opposition s’exprime au demeurant en étant peu crédible.
Mais ce qui est choquant, surtout en ces temps où tout est permis sur Internet, c’est la mauvaise publicité faite à la ville de Sanary.
Quand on aime sa ville, on ne publie pas des éléments qui peuvent nuire à sa notoriété et à son attractivité au motif de vouloir attaquer le Maire.
Certaines personnes sont à l’affût du moindre dysfonctionnement, du moindre évènement pour en faire eux, un message négatif.
Ma grande satisfaction face à de tels comportements est de voir des administrés spontanément réagir et réclamer un peu plus de retenue, un peu plus de bon sens.
Merci à tous ceux qui agissent ainsi !
La démocratie autorise les oppositions.
Le talent consiste à faire autre chose que des critiques, c’est-à-dire démontrer par des propositions que l’on aime Sanary.
Mais de cela, rien à l’horizon !
Dans quelques semaines, les préparatifs de Noël vont animer la ville.
Le Conseil d’Etat vient de dire que les crèches n’étaient pas un argument religieux en soi et que donc nous pouvions faire des crèches dans les mairies. Je dis tant mieux, cela fait du bien à entendre, cela libère beaucoup d’entre nous d’une tension créée de toute pièce par des négationnistes d’une réalité française.
Vous pouvez être sûrs néanmoins que si le Conseil d’Etat avait émis un avis défavorable, nous n’aurions pas pour autant abandonné la partie.
Nous sommes Français, nous sommes Provençaux et fiers de l’être.
La France est chrétienne, la République est laïque faisons en sorte que la France reste la France.

Ferdinand BERNHARD
Maire de Sanary-sur-Mer
Président de la Communauté d'Agglomération Sud Sainte-Baume
Conseiller Départemental du Var

En téléchargement                            

 

 

Coordonnées

Sanary-Sur-Mer
Place de la république CS 70001
83112 Sanary-sur-mer - Cedex - France

Tél : (+33) 4 94 32 97 00
Fax : (+33) 4 94 88 12 04

Télécharger la carte de visite (.vcf)